Poésies de Robert Desnos

  • Robert Desnos // Demain
    Âgé de cent mille ans, j’aurais encor la force De t’attendre, ô demain pressenti par l’espoir. Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses, Peut gémir : Le matin est neuf, neuf est le soir. Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille, Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu, Nous parlons à voix basse et nous tendons l’oreille À maint bruit vite éteint et perdu comme au jeu. Or, du fond...
    Poésie ajoutée le Dim. 12 Février 2012 à 19H par Médiathèque de Bassens
    Lire la poésie >>>
 
© 2017 - Presqu'île en pages - SIVOC
Syndicat Intercommunal à Vocation Culturelle
Réalisation
Orfaon.net