<<< Retour à la Malle aux Poésies

Eric Roulet // Martin

Publié par Médiathèque de Bassens le Sam. 18 Février 2012 à 21H36

Martin
Qu’a tostemps ajut un bròi sonríser lo Martinon…
Tots que sabem sos uelhs blus e tots qu’esperam,  quan sonrise, aqueth petit moment de bonur que sembla de s’espelir dens l’aire.
 
Il a toujours eu un joli sourire, le petit Martin…
Nous avons tous en mémoire le bleu clair de ses yeux et nous attendons tous, lorsqu’il sourit, ce petit moment de bonheur qui semble suspendu dans l’air…
 
Aqueste matin, era talament broin lo Martin ,  dab sa camiseta blanca e son patanlon nau, que li hasuri compliment…
 « Fau pas  espiar las cauçuras, çò responut en levar los pès,  per tant d’amuishar los traucs de la semela…Mes atau me pòdi eishivar los charnòcles… »
E se botèt a ríser, e  i ajut com un petit moment de bonur que s’espeliva dens l’aire…
 Egau, jo sentiri com un hredumi…
 
Ce matin- là, il était tellement élégant, avec sa chemise blanche et ses pantalons neufs, que je ne pus m’empêcher de lui en faire compliment…
« Il vaut mieux ne pas regarder les chaussures, dit-il en levant les pieds afin de montrer les trous de la semelle…Mais cela me permet d’éviter les flaques… ».
Puis il se mit à rire et il y eut comme un petit moment de bonheur suspendu dans l’air…
Je ressentis un froid soudain…

A quauque temps d’alà,  com pareishéva, estarit lo petit Gautèir,  li demandèri lo perdequé.
« Es que ia plan de trabalh a l’ostau, i a trabalh dab los petits de manejar »
E se botèt a ríser, e  i ajut com un petit moment de bonur que s‘espeliva dens l’aire…
Egau, jo sentiri com un gost d’amarumi.

C’était un peu plus tard, il semblait si fatigué le petit Martin, que je ne pus m’empêcher de lui en demander la raison.
«  C’est qu’il y a bien du travail à la maison, me dit-il, bien du travail avec les petits dont il faut s’occuper… »
Puis il se mit à rire et il y eut comme un petit moment de bonheur suspendu dans l’air…
 Je sentis une profonde amertume.
 
Es lo son amic Antòni que m’es venut cercar...  « Lo Martin que plora... ». Tots qu’eram esbaudits, pr’amor que digun l’avè pas jamèi vist a plorar.
 «  Que bèu la mamà, çò dishut coma colavan las lagrimas,  e lo dessèir se pòt pas mèi levar...  Mes aquò li va passar, aquò li va passar »  E per nos milhor convéncer, se botèt  a sonríser e i ajut com un petit moment de bonur que s’espeliva dens l’aire.
 Egau, jo sentiri com un prigond tristumi.
 
C’est son ami Antony qui est venu me chercher...  « Martin pleure… » Nous étions tous étonnés, car personne n’avait jamais vu pleurer Martin.
« Maman boit, dit-il à travers ses larmes et le soir venu, elle ne peut plus se lever…Mais cela  lui passera, ajouta-t-il,  cela lui passera... » Et pour mieux nous  convaincre, il se mit à sourire et il y eut comme un petit moment de bonheur suspendu dans l’air…
 
J’ai ressenti une profonde tristesse….
 
Un jorn, me decidiri, prenuri lo Martinon per anar crompar de las cauçuras. Atau caminavam tot dus, e pui tot d’un còp, se revirèt de  cap a jo :
« Se lo monde nos vèi dens la carrèira…
- Se nos vèi dens la carrèira, lo monde,  va pensar que soi lo ton hilh ! ».
 
E se botèt a ríser, e i ajut com un petit moment de bonur que s’espeliva dens l’aire.
 
Solide que n’a pas jamèi compres lo Martinon, lo perqué de mon espiada, e perqué mon braç li prevenen las espatlas.
I avè pas mèi a díser arren.
 
Alors un jour, je me suis décidé. Je pris le petit Martin par la main pour aller acheter des chaussures et nous marchions tous deux dans la rue, lorsque soudain il se retourna vers moi :
« Si les gens nous voient dans la rue…
- Si les gens nous voient, ils vont penser que je suis ton fils ! »
Puis il se mit à rire et il y eut comme un petit moment de bonheur suspendu dans l’air…
 
Martin n’a certainement pas compris  mon regard, ni pourquoi mes bras lui entouraient les épaules…
Mais il n’y avait plus rien à dire.

Eric Roulet

 
© 2017 - Presqu'île en pages - SIVOC
Syndicat Intercommunal à Vocation Culturelle
Réalisation
Orfaon.net